Quelle assurance auto pour les conducteurs malussés et résiliés ?

Taux de malus élevé, retrait de permis, résiliation d’assurance auto, et plusieurs autres motifs peuvent entraîner un refus de souscription de la part d’un assureur. Toutefois, il est tout à fait possible de remédier à cette situation puisqu’il existe des alternatives permettant d’assurer son véhicule avec des garanties convenables sans pour autant, subir une augmentation exorbitante au niveau du montant des cotisations.

Malus et résiliation auto : quels sinistres en sont à l’origine ?

Bien que la durée de validité du contrat d’assurance auto ne soit encore expirée, un assureur peut résilier le contrat ou refuser d’assurer un conducteur malussé pour bien des raisons. C’est le cas pour les sinistres tels qu’un accident de la route ou d’un carambolage dont le conducteur assuré est le responsable ou est en tort partagé (50/50 avec un tiers identifié). Tout sinistre devant obligatoirement être déclaré à votre assureur que vous soyez responsable ou non, cela ne conduira pas forcément à un malus auto. En effet, si vous êtes victime, l’indemnisation diffère selon que le tiers responsable est oui ou non, identifié. Pour des sinistres de type vol, collision avec un animal sauvage ou domestique, vandalisme ou catastrophe naturelle, vous serez également exonéré de malus. Mais des solutions existent pour vous éviter de payer une indemnisation au tarif exorbitant.

Quelles solutions pour les conducteurs malussés et résiliés ?

Bien que malussé ou résilié, un conducteur doit toujours couvrir son véhicule d’une assurance auto pour pouvoir rouler légalement. Vous avez essuyé plusieurs refus de la part de bon nombre d’assureurs ? Ici vous trouverez l’alternative qui vous permettra de trouver une assurance offrant les garanties de base à un prix abordable. Le mieux serait de vous tourner vers les divers comparateurs d’assurances en ligne pour trouver la compagnie dont l’offre est la plus adaptée à votre budget. Que vous soyez déjà malussé ou non, il convient également de mieux appréhender le rapport entre le coefficient malus (1,25 à 3,50 pour l’assuré) et le taux d’augmentation de la cotisation. Enfin, n’hésitez pas à demander un devis qui vous permettra de porter votre choix sur la meilleure proposition.

Si difficulté à souscrire une assurance pour malussé, que faire ?

Si malgré toutes les alternatives citées plus haut, vous avez essuyé plus de 2 refus, songez à vous tourner vers le Bureau Central de tarification ou BCT. Ce dernier s’occupe d’entreprendre toutes les démarches nécessaires auprès de l’assureur pour qu’il puisse accepter le profil du demandeur et ainsi, lui offrir la couverture nécessaire pour son véhicule. Il est judicieux de noter que la prime d’assurance appliquée est fixée par le BCT et peut être plus élevé pour un conducteur malussé par rapport au tarif moyen appliqué.

Suspension de permis due à l’alcool ? Comment retrouver une assurance auto ?
Plusieurs éléments composent votre assurance : lesquels ?